CONTENT="rebetiko,musique grecque,bouzouki,mangkes ,rebetes,"/>

Pour faire connaître le rebetiko , une musique grecque passionnée et passionnante , trop peu connue en France et qu'il ne faut surtout pas confondre avec le Sirtaki créé par Theodorakis pour le film "Zorba le grec"

22 décembre 2015

DIMITRI GOGOS dit BAYANTERAS









Dimitri Gogos (grec: Δημήτρης Γκόγκος) (28 Février, 1903 à 1918 Novembre, 1985) était l'un des plus influents chanteurs et compositeurs de rebetiko .
 Appelé aussi  Bayanteras (grec: Μπαγιαντέρας), un surnom qui lui a été donné en 1925 quand en 1925, il adapté l'opérette italienne " La Bayadère'-" de Emmerich Kalman pour orchestre folklorique avec bouzouki et mandoline.

Dimitris Gogos ou Bayanteras  a été l'un des plus importants rebetes chanteurs, musiciens et compositeurs.   Bayanteras a écrit des chansons qui  ont connu un grand succès, comme « Je vivais  seul  sans amour », « Hatzikyriakio »,  et surtout  la sublime « Comme enchanté mon esprit s’envole » un des plus beau rebetiko par la musique et les paroles si poétiques.


Né dans une famille aisée ,il  est le dernier des 22 enfants de  John  et d’ Angelica Gogos ,originaire respectivement  de Poros et d’Hydra. Il est Né au Pirée à Hatzikyriakio le 28 février 1903.
Il a fréquenté l'école primaire puis a continué ses études et obtenu un  diplôme d’électricien, mais n’a jamais vraiment exercé cette profession sauf  une fois d’après ses dires dans une usine d’engrais de Drapetsona « J’étais  trop turbulent » disait-il »Je me battais. Il était d’ailleurs champion de lutte greco-romaine»

Depuis son jeune âge  il lit beaucoup et  pratique la musique : il joue de la mandoline, de la guitare et du violon. En 1924 , malgré les objections de son père  il se met au bouzouki.Son père aurait voulu  qu’il devienne comme lui  sous-officier permanent du corps portuaire. Mais pendant son service militaire dans la marine il est condamné, à cinq ans et deux mois de prison  pour avoir  dérobé des explosifs pour des amis pêcheurs. En prison il fréquente des gens du milieu  qu’il va retrouver dans les tavernes quelques années plus tard.
 Dans les années 30 il devient l’ami des rébètes du Pirée. Particulièrement de  Vamvakaris, Batis et Payoumtsis qui  avec Délias vont former  la célèbre" Tétrade du Pirée". Il joue dans la taverne qu’avait ouvert  un temps Batis.
En 1937, grâce à ses amis sans doute, il enregistre son premier album pour la Columbia ayant pour titre «οι Καπνεργάτριες», "Les cigarières" avec la chanson«η καπνουλού» « La fumeuse » dédié à la compagne de sa vie, son grand amour Despina Arampatzoglou  réfugiée de Smyrne avec qui il  eut 3 enfants et  qui travaillait dans les usines de tabacs du Pirée. En septembre 1935 «Πάντα με γλυκό χασίσι» « Toujours le doux hashish » lance sa carrière.
De 1935  à 1936 il est à Thessalonique avec Stratos Payoumtsis. En 1938 il écrira une chanson rappelant ce séjour dans cette ville rebelle comme lui " Όμορφη Σαλονικιά μου"  « Ma belle Salonicienne  ». 
En 1936 comme la plupart des rebetes il cesse d’écrire des chansons sur le haschich car elles sont interdites par la censure de Metaxas. Il compose  alors des chansons d’amour très douces,lyriques  et romantiques. Il fait chanter ses nouveaux rebetika par Payoumtsis le  chanteur à l’incroyable voix de la  tétrade du Pirée. Souvent il fait aussi  des duo avec un jeune virtuose du bouzouki Manolis Chiotis qui a l’époque joue encore du bouzouki 3 cordes. Il sera un des premiers à créer un bouzouki  à quatre cordes plus facile à jouer pendant des nuits entières mais qui dénaturera l’instrument originel du rebetiko.
Pendant l'occupation  Bayantéras vit dans la pauvreté. Le matin, il allait  à la soupe populaire chercher du lait pour ses enfants  tandis qu’il passait ses nuits à jouer dans différents tavernes. En dépit de son handicap c’était un homme robuste .Il faisait de la lutte gréco-romaine et tout au long de sa vie il continua d'entretenir son corps .Il  faisait  sa gymnastique tous les matins et de prenais tout de suite après une douche froide dans la cour de sa maison.

 Dimitri Gogos champion de lutte gréco-romaine (1922).

En 1941 ,deux mois après l’entrée  en Grèce des Allemands en avril,  peut-être à  cause des privations et de grosses carences en vitamines il  développe un glaucome  et perd peu à peu la vue . C’est à Maroussi sur  la scène du cabaret « Piraius » qui appartient à son frère  Daskalakis  alors qu’il joue avec Bir-Allach  qu’il s’est  senti devenir  définitivement aveugle.

Bayandéras aveugle mendiant à Kallithéa en 1954 guidé par sa fille

A partir de ce moment accompagné de sa fille  il erre de taverne en taverne  à la recherche d’un emploi car plus personne ne pense qu’il pourra continuer à jouer. Pour prouver à ses amis qu’il est toujours capable d’exercer son métier de compositeur et de chanteur il  n’a de cesse de composer  jour et nuit et il multiplie alors  les succès.

Beaucoup de ses chansons sont immédiatement célèbres .
 En voici quelques uns: "Ζούσα μοναχός χωρίς αγάπη" «Je vivais seul  sans amour» , "Μέσα στης ζωής τα μονοπάτια" «Dans les chemins de la vie», "Αποβραδίς ξεκίνησα"( Χατζηκυριάκειο – 1938)  «La veille au soir j’ ai commencé (Hatzikyriakio)»" Σαν μαγεμένο το μυαλό μου φτερουγίζει" «Comme enchanté mon esprit s’envole »,  " Ξεκινάει μια ψαροπούλα "«Il fait démarrer une  barque  de pêcheur »," Πειραιωτοπούλα" «fille du Pirée», "Παρηγοριά ζητούσα κάθε βράδυ" « Consolation je demandais chaque soir», "Αλάνι με φωνάζουν"«Des voyous m’appellent» ,   "To μαναβάκι"
 «Le petit  marchand de légumes», "Θα κλέψω μια μελαχρινή"  «Je volerai  une brune», "Για μια κουτσουκαριώτισσα" «Pour une tordue», "Μάτια γλυκά και γαλανά" «Yeux doux et bleus", "Γυρνώ σαν νυχτερίδα" «Venez comme une chauve-souris»,"Το τραγούδι της αγάπης  " «La chanson d'amour», "Μ' έχεις μαγεμένο"  «Tu m’a ensorcelé», "Το αλανάκι " «Le petit voyou", "Ελα να μπερμπαντέψεις " «Viens t’encanailler », "Του Κυριάκου το γαϊδούρι" «L’ âne  du dimanche» , "H μικρή από το Πασαλιμάνι " «La petite de Pasalimani », "Η άνοιξις "«Le printemps »,"Με ξέχασες " «Oublie-moi»,   "Το πέρασμα "  «Le Passage »," Η κοτούλα " «La poulette"," Μια τράτα Κουλουριώτικη"  «Un chalut de Koulouris»,"Κι αν χωρίσαμε δε φταίω " «Et  ce n’est pas ma faute si nous nous sommes séparés»

En plus d’une centaine de chansons, et d’une trentaine inédites, il écrit aussi une méthode pour apprendre le bouzouki sans professeur .

Juste avant la guerre ses lectures  l’amènent à se politiser et à prendre la carte du parti communiste. Comme il était cultivé  il fit même des conférences à ses camarades. Ce fut le seul rébète avec de solides convictions politiques au point d’écrire des chansons pour soutenir les « Antartes »ces partisans de l’EAM (Front de libération nationale grec )et de l’ELAS (Armée populaire de libération nationale grecque) , qui se battaient dans les montagnes .Il devint ainsi  le barde aveugle de la résistance grecque «  leur  donnant du courage à partir de la lumière de ses yeux »disait-il. Il n’hésite pas à chanter à la barbe des Allemands ses chansons « engagées » et guerrières. Comme «  Τους Κενταύρους δε φοβούμαι » »Je ne crains pas les Centaures » et « Ψηλά στης Πίνδου τα βουνα » »En haut des montagnes du Pinde » (à écouter ci-dessous)



En  1971 Il enregistre  un 45 tours  un duo avec Dionysis Savvopoulos, Sur la première face ο "Καθρέφτης", le «miroir», et "Πολιτευτής "  «Politicien» sur  la seconde.
 En mai 1972 il donne deux concerts au théâtre « Diana » et au cinéma « le Gardenia » de Kallipolis. La saison d’hiver 1972 il joue dans une taverne de Plaka à Athènes.

Bayandéras sur la scène du "Royal" 1975 .Au fond on aperçoit Nikos Logothétis


Au cours des dernières années Bayantéras  vivait isolé dans sa maison de  Péristéri à Saint-Ierotheos, accompagné de son épouse Despina.
Au début Octobre 1985, il  a  un accident vasculaire cérébral et est hospitalisé .Il se rétablit et sort de l’hopital. Mais malheureusement le 24 octobre il retourne à l’hopital Evangelismos (L’Annonciation) pour une  infection urinaire  et  une infection respiratoire.
Il décède le 18 novembre 1985

Ce fut  un poète  jusqu’au bout de l’âme. » Notre vie est précieuse .Je le dis à ma femme .Dès que je cesserai de ressentir la vie, j’irai remplir le lit de fleurs ,je les éparpillerai, j’écrirai une chanson et alors seulement je tomberai… »



Συνθέσεις του:
Αγάπη μου που είσαι μακριά
Αλάνη με φωνάζουνε
Ανάθεμα σε θάλασσα
Από βραδύς ξεκίνησα (Χατζηκυριάκειο)
Απόλλων 15
Αστράφτει, βρέχει και βροντά
Γράμματα μου ΄μαθε η ζωή
Δρομάκια τριγυρνώ και σκαλοπάτια
Είκοσι τριαντάφυλλα
Είναι μακριά πολύ μακριά
Είσαι τρελοκόριτσο
Έφταιξες και χωρίσαμε
Ζούσα μοναχός χωρίς αγάπη
Η νυχτερίδα (Μέσα στης ζωής στα μονοπάτια)
Η Ξαβεργιώτισσα μαζί με Παγιουμτζή και Περπινιάδη
Η σειρήνα
Ήταν Άνοιξη που σ΄ είδα (1935)
Και κλαίω σαν παιδί μικρό
Καπνουλού μου όμορφη (Καπνουλούδες) (1934)
Κάποια στα Υδρέικα
Κι αν χωρίσαμε δεν φταίω με Στελλάκη Περπινιάδη και Ιωάννα Γεωργακοπούλου (1947)
Κουστουκαριώτισσα
Μάτια γλυκά και γαλανά
Με ξέχασες με Παγιουμτζή, Χρυσίνη (1937)
Μια τράτα κουλουριώτικη με Στελλάκη Περπινιάδη και Ιωάννα Γεωργακοπούλου (1947)
Μοναχός δίχως συντροφιά
Ναζιάρα σε φωνάζουνε
Ντουντού τα χεροπάλαμα
Ξεκινάει μιά ψαροπούλα
Ο καθρέπτης μαζί με Διονύση Σαββόπουλο (1971)
Όλες οι όμορφες
Όμορφη Σαλονικιά μου (1938)
Όμορφη Σμυρνιά
Ό χάρος
Παίξε μου φίλε το μπουζούκι
Πάντα μ΄ όμορφη νταλμίρα
Πάντα με γλυκό χασίσι (1935)
Παράτησε τα ψέμματα
Παρηγοριά
Πασαλιμανιώτισσα
Πειραιώτισσα
Πειραιωτοπούλα
Σαν θα πεθάνω βρε παιδιά
Σαν μαγεμένο το μυαλό μου
Σπίτι κλειστό και σκοτεινό
Στη βάρκα τα κουπιά
Τα νιάτα ας τα γλεντάμε
Το γελεκάκι σου μικρή
Το μαγικό σου σκέρτσο
Το μαναβάκι
Τ΄ όνειρο
Τους Κενταύρους δε φοβούμαι
Χαράματα λυπητερά με Τζουανάκο (1951)
Ψηλά στης Πίνδου τα βουνα

 

Ζούσα μοναχός χωρίς αγάπη

Ζούσα μοναχός χωρίς αγάπη
κι όλα γύρω μου ήταν σκοτεινά
και θλιμμένος τις βραδιές περνούσα
στου άχαρου σπιτιού μου τη γωνιά

Όλα τώρα γύρω μου γελούνε
κι απ’ αγάπη τώρα με μεθούνε
σαν φιλώ γλυκά τα δυο σου χείλη
που `ναι σαν τριαντάφυλλα τ’ Απρίλη

Έλα οι δυο κρασί παλιό να πιούμε
κι έτσι με χαρά μαζί να πούμε
της αγάπης τ’ όμορφο τραγούδι
που `ναι σαν της άνοιξης λουλούδι

Ecrit en 1940

Je vivais seul sans amour

Je vivais seul sans amour
et tout autour de moi était sombre
et tristes les soirs que je passais
dans un coin de ma maison sans joie

Tout maintenant autour de moi rit
et de l'amour maintenant me rend ivre
car j’aime avec douceur tes deux lèvres
qui sont comme des roses en Avril

Venez les deux que je boive un vin vieux 
et ainsi avec la joie à mes côtés de dire
la  belle chanson d'amour
qui est comme fleur de printemps.



Carte d'identité de Dimitri Gogos




0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Home